S’habiller en politique : les vêtements des femmes au pouvoir

Un enquête pointue éditée par le Musée des Arts Décoratifs

Alors qu’elle se pose rarement pour les hommes politiques, la question du vêtement est incontournable pour les femmes. Quelle tenue choisir, pour quelle circonstance, dans une garde-robe bien plus étendue que celle des hommes ? Si les premières sous-secrétaires d’État sont nommées dès 1936, les femmes restent extrêmement rares au gouvernement et au parlement. Et ce, jusqu’aux années 1970. En accédant au pouvoir, aucune règle ne les éclaire sur la manière de se vêtir, alors c’est le tailleur-jupe qui s’impose. Les choses se compliquent lorsque la mode leur permet de nouvelles libertés. Dans les années 1960, la minijupe, le collant, le pantalon, l’absence de soutien-gorge et la multiplicité des modes capillaires sont autant de possibilités qui leur sont offertes pour modeler leur apparence. Mais ces innovations ne sont pas les bienvenues en politique. Chaque vêtement gagne sa place après une lutte complexe et, une fois les nouveaux droits acquis dans l’habillement, ils demeurent sous le regard des critiques.

L’attention accrue que les médias portent à l’allure depuis des politiciennes amplifie le phénomène. Aujourd’hui, s’habiller correctement, c’est montrer sa connaissance des codes sociaux pour une situation donnée et signifier que l’on honore ces prescriptions. Cette enquête rigoureuse, basée sur des articles de presse, des photographies et des entretiens avec plusieurs personnalités comme Édith Cresson, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Nathalie Kosciusko-Morizet et Najat Vallaud-Belkacem, apporte un éclairage précieux sur la façon dont les femmes politiques vivent le rapport au vêtement et, plus largement, à leur apparence. L’auteure, Sophie Lemahieu, est diplômée de l’École du Louvre en histoire de l’art, ethnologie et muséologie. Elle travaille à la régie des costumes de la Comédie Française, enseigne l’histoire des modes du 20e siècle à l’École du Louvre, et est également consultante en histoire de la mode pour les musées. «  S’habiller en politique. Les vêtements des femmes au pouvoir. 1936-2022 » est un livre de la collection « L’œil de la mode », éditée par le Musée des Arts Décoratifs en partenariat avec l’École du Louvre.35€. Cette collection est dirigée par Denis Bruna. Conservateur en chef des collections antérieures à 1800 au département mode et textile du Musée des Arts Décoratifs, elle publie des travaux de recherche d’historiens de la mode diplômés de l’École du Louvre, dont les sujets originaux, novateurs par leur contenu, par leur approche et leurs sources les rend accessibles au grand public. madparis.fr