Bijoux Lalique, les parures qui illuminent le Nouvel An

Des pièces élégantes et intemporelles pour sublimer le réveillon

Pour illuminer le Nouvel An, la Maison Lalique sélectionne ses plus beaux bijoux, symboles ultimes du luxe à la française. Une collection de pièces en cristal, empreintes d’une fascination pour la nature et le féminin sacré. Un siècle après René Lalique, les chefs-d’œuvre se réinventent au fil des collections. Audacieuses et intemporelles, ces créations se destinent à parfaire la garde-robe des femmes dans l’air du temps. Ici, les inspirations naturalistes ou géométriques prennent vie dans des motifs aux volumes graphiques, véritables accessoires de mode ! Chez Lalique, l’art de vivre se révèle à travers le cristal ! Pendentif Losange Bacchantes : 230€.

Une collection Happy Cristal

bijoux sautoir empreinte
bijoux ligne Aréthuse

En combinant le cristal géométrique écailleux avec des liens en métal, la nouvelle collection de bijoux fantaisie, « Empreinte Animale« , offre une multitude de possibilités. Avec en tête, le sautoir en cristal rouge et laiton plaqué or jaune 18 carats. Soulignée par des liens métalliques, la série offre une multitude de possibilités pour exprimer son style. Et ce sautoir révèle notre côté sauvage ! 1 990€. Aréthuse, autre ligne merveilleuse, propose des bagues (or ou argent), des bracelets et des boucles d’oreilles en cristal incolore. C’est en 1935 que celui qui donna son nom à la marque crée ce visage de femme, avec une coiffe aquatique inspirée du mythe d’Aréthuse. Et ce, pour la commande d’une fontaine ! Une gamme qui évoque le talent de son créateur et sa fascination pour les femmes et la nature. Bague : 265€. Bracelet Jonc flexible : 250€. Boucles d’oreilles longues : 315€.

René Lalique, inventeur des bijoux modernes

L’artiste commence sa carrière en créant des bijoux. Il réalise tout d’abord des modèles reprenant les codes de la joaillerie de la fin du 19e. siècle en utilisant pierres et métaux précieux. Par la suite, il s’affranchit de ces codes pour devenir l’inventeur du bijou moderne. Il se sert alors du verre, de l’émail, de la corne ou de pierres semi-précieuses pour ses créations. Et s’inscrit alors totalement dans un nouveau courant. L’Exposition Universelle de 1900 est l’apogée de la carrière de René Lalique en tant que bijoutier. Ce qui lui vaut très tôt le titre de « Chef d’École » de l’Art Nouveau. lalique.com

Chaumet publie « l’âme du bijou »

Terzihan, l’hommage aux civilisations antiques

Le Sibille, des bijoux entre tradition romaine et modernité

Place Vendôme, maison de joaillerie pour diamonds addicts